apprivoiser

 Touaregs  Apprivoiser le désert  H. Claudot-Hawad

Mano DAYAK 

Je suis né avec du sable dans les yeux

Avec des gestes graves, elle (ma mère) m'a appris à lire les vingt-six lettres de l'alphabet tifinagh qui compose la langue tamasheq. Je revois ses doigts voltiger  pour tracer sur le sable des signes géométriques : le cercle qui désigne le "R",  le trait horizontal qui indique le "N", les quatre points pour la consonance "KH",  le rond précédé de deux points et d'une parenthèse renversée qui compose le mot "chat". Elle faisait une pause,  effaçait de la main ce qu'elle avait écrit, me demandait de répéter ses gestes. J'essayais de mon mieux. Pour me récompenser, ses ongles dessinaient des poèmes; Elle griffait le sable de ses doigts de joueuse d'imzad. A peine avais-je le temps de m'étonner qu'elle effaçait ce qu'elle avait écrit pour composer de nouveaux caractères.

Combien de fables et de ballades se sont ainsi envolées sous l'aile de sa main ou bien au vent des dunes ?

Mano Dayak

AHMED BOUDANE : calligraphies touarègues

ahmed

On doit soulever des piliers tombés.

La sauvegarde de l'alphabet Tifinagh est mon devoir 

" Quand  je travaille sur une peinture, je dépasse la lettre,  le mot et la phrase et je plonge dans l'abstraction calligraphique. "

RISSA IXA

rissa ixa

Né en 1946 à Innates (arrondissement de Tillabery) près de la frontière du Mali,  Rissa Ixa  décrit ainsi son travail :

« Au sein de la famille, les hommes et les femmes m'enseignaient l'Histoire touarègue et m'initiaient à l'art et à l'écriture tamachek. Je dessinai sur le sable. Je vis et travaille, je milite dans le but que la culture touarègue ne disparaisse pas et continue à vivre en gardant son essence : le respect des traditions et des Hommes. »

Decoration-en-tifignagh

Rissa Ixa : décoration en tifinagh