Issa et hubert lemaréchal

Issa et Hubert Lemaréchal

A Issa, le poète des sables

Grain de sable,

Tu es le grain de sable au sommet de la dune / Et on ne voit que toi, / Souffle du scarabée  / Et on n’entend que toi,

Tu es l’insoutenable cri à l’oreille du dictateur, / La poussière dans l’œil du tyran,

Toi le rebelle, / Toi le poète des sables, /Toi mon ami.

H. Lemaréchal Le Pays des Hommes au coeur riche Aïr-Info

gani

aquarelle  A. Tambo

DU BLEU EN POINTILLÉS...

itinéraire saharien d'un rêveur éveillé / Un pointillé / de bleu,  / sur une plage d'ocre / jaune 

sombre / immense... / des dunes / rose-mauve / bleu-marine qui s'impatientent ! / Un pointillé / comme immobile... 

Un pointillé / de bleu, / sur une plage d'ocre  / jaune / sombre / immense... / du sable / rose-mauve : bleu-marine qui se disperse !   / un pointillé / comme immobile...

Murmures / premiers, / à peine / perceptibles, / et prémices / des  harpes du vent,   

commencement / recommencement, / écho, / des souffles / heurtés,

aux corridors / usés / de la pierre, / balbutiements  / respiration,  / résurrection, / et, / là / où  / à la nuit / exacte, / n'étaient  / que  / platitude / noire / inhospitalière, / néant,  / la lumière / s'étale, / savante...

L'ocre / reconnaissant, / par le ciel / alléché ! / et léché, / par le ciel, / s'éclaire...

Frémissements / intimes  / des vagues / en train, / de se vêtir...

Un pointillé, 

un pointillé / comme immobile !                                  

Un pointillé / qui avance... / pourtant ! / et à y regarder / de plus près, / un pointillé / qui serpente même!

Un chapelet, / un chapelet, / de vies, / un rêve égrené, / d'hommes, / nés, / au bord / de l'invisible, / et devenant / visibles, / aux dos de leur / monture, / tout doucement / au fur et à mesure, / à petits feux, / aux petits-feux /de l'aube...

Pointillés / éclairés / et / désormais,  
visibles, / pointés, / indivisibles, / indissociables, / sociables, / palpables, / en quête :  / du matin, / du puits / du peu, / de pain et d'eau, / d'une main  / à serrer ! / peut-être, / d'une rencontre... / - auprès d'un thé de braise !

Pointillés / en quête, / du microcosme...

Pointillés / en chemin !

Improbabilité / d'êtres / qui paraissaient / perdus / mais qui connaissent... / macrophages / petits / minuscules                                                                                                               
et / bleus, / de / infiniment / grand, / dévoreurs / de l'espace / sans fin / et sans limites, / dépositaires /de l'horizon... / perdu, / et retrouvé / dix fois,  /mille fois, / ensuite                                                                                                                                    
et au matin...  / de l'horizon / indemne, / imperturbable !

Pourquoi chercher / l'ailleurs / ailleurs, / et sur d'autres planètes, / là réside / l'absolu, / peut-être / l'au-delà... / et si l'eau / à trouver / est devenue si rare, / les puits / à découvrir / que sait,
celui qui sait, / se comptant / bien souvent / sur les doigts / d'une main... / ici demeure

le signe, / encore  / le probable, / improbable / pour / l'étranger, / le possible, / l'ultime / récompense, / les puits, / comme les doigts / de la main / de Celui qui sait...

Tout !

Que le ciel

aujourd'hui chaque jour...

sans fin ! / compagnon de l'errance, / spectateur, / immensément averti, / immensément éclairé, / garde/ protège,
 / et perpétue, / cette notion de vie, / fragile / à l'extrême, / forte,/  fière / digne, / belle, / et isolée, / libre, / et démesurée... / cette notion / de vie, / à nulle autre  / pareille,  / et admirable, / malgré / cette infinie / difficulté, / que l'on présume... / sans doute / dans un monde / aussi bouleversé !  / D'encore ... Être

dominique bresson

Pour  Rhissa  Rhossey  et  tous  ceux  qui aiment  le  Sahara

FRERE  DU  VENT -  SOEUR  DES  BÊTES

Prélude berbère

Elles  ont  suivi  les  nuages / Les  fines  gazelles  d'Essekrem / Bondissant  vers  les  oueds  assoiffés / Jusqu'au  camp  de  l'homme  bleu / Said  le  chasseur  sort / Laissant  son  arme  dans  sa  tente / Plissant  les  yeux,  au-delà  des  dunes / Ou  l'invisible  demeure

Frère  du  vent,  soeur  des  bêtes / Entend  la  voix  du  silence / La  soif  du  vide,  le  puits  blanc / Le  présage  du  retour  de l'eau / Il  se  rince  la  bouche / Avant  de  dire  la  première  parole

Aman  iman !  Mon  coeur  est  le  désert / Toutes  sources  de  l'univers / Sont  des  gazelles !

Puis  viennent  brouter  sans peur / Les fines  gazelles  d'Essekrem / Bondissant  vers  les oueds  assoiffés / Jusqu'au  coeur  de  l'homme  bleu / Lèchent  la  main  du  chasseur / S'endorment  à  portée  de  flèche / Et  deviennent  ciel.

Hessmann Daniel Les Sahariens