couverture

 L'APT en collaboration avec l'UNESCO

Illustrations  A. Tambo

" La poésie est le fleuron de la culture touarègue. Elle répond à des règles strictes et décline un code moral, l'Assak, dans lequel se mêlent tous les ressorts de la poésie chevaleresque : la bravoure, l'honneur, la franchise, l'amour, la beauté, la nostalgie,  la solitude, le défi.

La poésie se chante ou se récite. Chanté, le poème est inféodé à un instrument de musique, l'anzad. Le chanteur vocalise en imitant le son de l'anzad. "

Préface

Imzad et poésie

kissa

KISSA

En l'honneur du jour, Kissa. En ton honneur, Kissa. / Que je sois mort ou vivant, en l'honneur du jour, Kissa. / Quand les hommes annoncèrent l'arivée des pillards, / Kissa s'effraya et me refusa un sourire. Elle portait un collier d'argent / Auquel un lâche ne peut prétendre. / Au contraire d'un homme de valeur / Qui entend l'anzad / Batailleur au combat, ne faisant qu'un avec ma lance, / Je me levais d'un pas noble, comme si j'allais à un mariage. / Je contournais la tente par l'est, là où se trouvent mes armes. / J'entrevis un sourire éclatant de blancheur / Et je portais alors des coups fatals. / Je décimais jusqu'au dernier tous les malfaiteurs. / Une mare de sang m'enserrait / le corps bardé de lances comme des  cornes de zébus, / Couvert de blessures comme des traces d'oryx. / Je suis à l'épée ce qu'un boeuf de bât est à la charge, / Ma chemise me protège comme la doublure d'une couverture. / O Dieu, le gardien de la vie.

a dit Emaghi

enila
enila  A. Tambo

Contredisant l'étymologie latine du terme français, la " littérature " chez les Touaregs est essentiellement orale. Le mot qui la désigne : éreshu ou érezu, selon les prononciations locales, rejoint dans son acceptation large le sens médiéval de " culture générale", ensemble des connaissances.

Ainsi, les gens de  " littérature "  sont personnes de qualités, connaissant et maîtrisant parfaitement les codes de la bonne société, c'est-àdire de l'aristocratie, basés sur l'honneur guerrier. Composer des vers, s'illustrer dans les joutes poétiques, savoir manier le verbe font partie de l'éducation d'un parfait gentilhomme et représentent autant de manières de manifester et de défendre son honneur, sa prestance et son rang face aux regards rivaux.

H. Claudot-Hawad :  Les Touaregs  Portraits en fragments

rezzou
rezzou    A. Tambo

Taylalt

Taylalt, je t'adore comme nul autre ici-bas, / Comme les enfants des forgerons à leur arbre Koraya, / Qui pousse dans les cuvettes à l'est de Zaraya, / Quand ils le coupent en criant dans un grand brouhaha.

Qui traverse cette vie réfléchisse trois fois, / Qu'il comble ses désirs et s'égare trois fois, / La vie, j'y étais et  m'y plaisais autrefois. / J'avais le bien du monde, des troupeaux jusqu'à trois. / Elle n'est plus aujourd'hui que vestige d'antan, / Comme des traces de Kel Gress effacées par le temps.

Que mérite Tassarift, la femme de notre chef ? / Lui construire un baldaquin harnaché de tapis. / Lui choisir le chameau le plus grand du troupeau, / Un mâle bien dressé, à l'allure majestueuse, / Suivi d'une caravane chargée de riz et de miel, / Précédé de chamelles et petits chamelons à la robe tachetée, / Conduit par Jamlalo, le grand géniteur.

Si je parle d'autrefois, c'est que je fus amoureux, / D'un amour si poignant / Qu'un chameau affligé en perd  graisse et bosse. / Que l'âne, touché, divague au hasard de la brousse. / Que le chien, déchiré, hurle à la mort. / Même l'arbre, éprouvé, en perd son feuillage.

Minata
Minata  A. Tambo

Fatimata

Je t'implore, ô mon Dieu, mon unique seigneur, / Lui seul peut me tuer ou me laisser en vie. / S'il me garde la vie sauve, je comblerais mes désirs : / Ici-bas, les chamelles, au-delà, le paradis. / Fatimata, inch Allah, jamais tu ne quitteras mon coeur, / Même dans le jihad du Prophète, contre les païens, / Même après ma mort, dans mon corps enterré. / Mais d'abord dans ce monde où je me plais bien, / Respirant les odeurs du litham qui te couvre, / Embaumant l'air ambiant.

Fatimata, l'éguirguir aux fleurs épanouies, / Fatimata, la liane aux fruits succulents, / Fatimata, la coupe précieuse du Prophète. / Jeune femme blanche, sans égal, / Aux bras si fins, dignes d'un mariage / Avec un jeune homme riche de chamelles / Et d'écuelles pleines de lait à la tombée du jour. / Mon coeur n'oubliera jamais son sourire au crépuscule. / Je n'ai qu'un désir : que tu sois à moi / Pour t'offrir des chamelles et leurs nouveaux nés. / Je t'implore, ô mon Dieu, mon unique seigneur.

 ezibbi__2_

ezibi   A. Tambo

Le jour du dernier combat

Je t'invoque Dieu, le seigneur de mon âme, / Toi qui a décidé des années de ma vie, / Toi qui les a scellées au mois et au jour près. / A ce moment-là, il retiendra mon souffle / Et ils me conduiront à ma dernière demeure. /  seront alors déposés ma selle et mon sac orné, / Mes bracelets de bras et mon épée. / Ce jour-là, les petits vautours se régaleront de ma chair. / Le charognard blanc planera sur mon sang. / Riront ceux qui souhaitent ma mort. / Se réjouiront ceux qui guettent ma succession, / Brûlera de chagrin le coeur de ma mère, / S'effondrera de tristesse ma soeur en sanglots, / Touchés au fond de l'âme, ma femme et mes enfants. / Le jour du dernier combat, le jour des grandes souffrances / Le jour du dernier combat, disent les anciens, / Dévoile le vraie nature de l'homme.

a dit Mouhamad ag Tusarkatn  " agg-Ayar "

amghar

Tambo  Le Vieux

" Le ciel est plein d’étoiles . A 4h se lève à l’est  AMANAR brillant de tous ses éclats. Ce groupe d’étoiles est connu par tous ici. On nous le montre tous les soir quand nous sommes enfants. Et les contes autour du feu se racontaient sous la lumière d‘Amanar " (mois du Ramadan)

mail d'Agadez

Tend_b_i_2_

 

 

 

 

 

 

 

 

Tandâb-i

Je t'invoque, Dieu, mon possesseur / Toi, le détenteur de la vie et de la mort,  /  Reçois la prière de Bazo / Que drapé de voiles et de parfum, / Jalousent tous les siens. / A la rencontre du combat, / Entre les Kel Ferwan et Belxu, / Mon fusil bien chargé / Au trot, j'ai lancé mon chameau, / Arrivés au-dessus d'eux par une dune, / Nous nous lançâmes dans la mêlée, / Comme des chamelons en vue de leur mère. / Les épées hors du fourreau. / Ils rebroussèrent chemin, nous les suivîmes de près. / Les vautours, se régalant déjà de leur chair, / Planaient au-dessus d'eux. / Les combattants s'éparpillèrent, / Rappelant les troupeaux en partage un jour d'héritage. / Avec mon oncle, nous héritâmes de la victoire. / Nul, à part Dieu, ne peut la prendre. / Sauf un homme, avec notre permission. / Tanahu, toi et Tayra, / Détentrices des valeurs de l'honneur. / Ranimez mon courage / Pour parer les coups / Qui m'assaillent comme des vagues

le charmeur - Copie

 illustration  A. Tambo

001

couverture

couverture

 

Le charmeur,

Mes sœurs, invoquez Dieu ,/ Demandez-lui de créer un autre moi-même. / Charmant, bien ancré dans l'estime de tous,   / Maîtrisant l'art du poète, loin devant ses pairs, / Jetant aux oubliettes tous les anciens poèmes. /  Les renouvelant jusque / dans leur charpente / .Il dompte le chant, le tourne et le retourne. / Il force les mots au carcan poétique. / Il contient le flot déchaîné de la langue tamajaq. . / Il y puise les mots qui surgissent dans la bousculade. / Alors il les accroche en file, ligne après ligne, / Les assemble, plus solidement que les anneaux d'une chaîne.   /Si je vous demande,de chercher un autre moi-même / C'est que mon esprit est ailleurs. / La poésie, j'y ai tout investi, / Toujours en tête, la servant comme un maître. / .Pour elle, j'ai fléchi la jambe. /Je ne vous mens pas, mon propos est solide. /  La charge, jeunes hommes, je la portais haut, / Maintenant, assumez-la. / Moi, je me retire, / Un autre destin m'appelle.
 
a dit Ghabidine ag Sidi Mughammad

Bookmark
and Share