faris

 

RIEN

Rien ne peut m'enlever / La mauvaise humeur des prisons / L'écho du chagrin métallique / déprime des menottes / L'énervement des chevilles sous verrous / Contraintes jour après jour / De danser la danse des petits sauts / Jour-après-jour-après-jour / De respirer / Les gaz soporifiques excréments / Des ordures que moi-même je produis sur place / Fourmi aveuglée sédentarisée aplatie / Plante-fantôme de l'Ahaggar / Ombre solitaire de moi-même /Tronc égorgé / Je pleure ma résine noire

Guépard vagabond qui tourne la tête sans cesse / A la recherche des siens / Et ce trouve traîné, déplacé / Tatoué enfin sur une ville / Aux marges du monde / Puisque tu ne peux pas bouger / Pars / En commençant par ton regard / Augmente-le / Élargis-le / Avant / Ce regard pouvait même fixer le soleil / l'engloutir / et roter des étoiles / météorites de courage / pour les familles

L'ultime colonisation / Est-celle de l'imaginaire / De l'œil désobéissant / Qui se refuse même de t'indiquer / La route de ta salvation

Oh Sahara / Montre-nous le jour de l'asphyxie / Dans lequel on a accepté / Cette humanité-larve / On a accepté ses lois comme les nôtres / On a laissé entrer les trafiquants d'illusions / Dans les profondeurs de nos esprits / Le libre commerce des destructeurs / Aux mille langues / On a cru que ce mirage artificiel / urine de vache sucrée embouteillé / pouvait mieux grandir nos enfants

Pourquoi? / Pourquoi cette acceptation totale / On a vendu nos savoirs / pour une poignée de riz / et de sorgho pourri / On a avalé des centaines de fois / les larmes de notre dignité / A quelles conditions mes frères / Cette vie mérite-t-elle d'être vécue ? / A quel point faut-il préférer de tout risquer ?

Mes amis des îles et des montagnes / des bâtiments et des tentes / mes amis des maisons en paille / mes amis noirs amérindiens vietnamiens aborigènes / sauvages du monde / On nous gouverne avec l'imaginaire / Avec le jeu de la culture

Par la destruction / de la distinction entre l'ami / et le bourreau / venu pour nous exécuter / il y a longtemps de cela / on nous a enlevé les verrous / mais peu d'entre nous ont pris la fuite / les autres ont préféré /devenir des épouvantails amnésiques / marionnettes-robot / mais ne nous dites pas / que vos hommes-machine fonctionnent bien

Faris Amine

Anana Kel Assouf

Un peuple sans culture est un peuple sans histoire !!! A travers notre culture et nos traditions  nous pouvons aller sur le chemin du développement de notre continent Africain. L'Afrique est 10 fois plus riche que la Chine au niveau culturel et ressources naturelles. Main dans la main pour faire traverser l'Afrique de la misère et une lutte à faire contre l'exploitation coloniale !!!! Message aux Africains qui sont fiers de l'être.
Pas ceux qui mettent l'Afrique dans leurs poches !!!

Anana Kel Assouf