Aman Iman :  l'eau c'est la vie.

aman iman

Timia__jardiniers
Oasis de Timia

NIGER  L'Oasis de Timia

AAbass Adondo

AssaghidAssaghid Bachar  

Comme vous le savez le Niger a connu trois (3) ans d 'insécurité résiduelle.

La région d'Agadez a été la plus touchée par les conséquences désastreuses sur le plan économique et aussi social de cette insécurité. Mais au moment ou la paix commence à s'installer le Niger enregistre une mauvaise pluviométrie. Cette situation est marquée par une mauvaise répartition des pluies dans l'espace et le temps pendant la saison 2009.

Ainsi une économie qui a souffert pendant deux  ans d'insécurité ne peut que s' effondrer suite aux mauvaises productions agricoles enregistrées. Il faut noter aussi les faibles revenus de la populations dus aux ralentissements des activités agricoles et pastorales dans l 'AÏR et à l'arrêt pur et simple du tourisme qui sont les mamelles de l'économie de la région.

COPY 16

Timia photo  Abass Adondo

LA SÈCHERESSE

La mauvaise pluviométrie enregistrée la saison 2009 met le pays dans une situation d'insuffisance alimentaire très aiguë, les autorités du pays font des efforts considérables mais la tâche est trop grande. le Sud constitue la priorité et le Niger est trop vaste pour intervenir partout au bon moment.

La région d'Agadez à peine sortie de l'insécurité, une inondation et la mauvaise répartition des pluies rend la région encore plus vulnérable.

L'une des causes de la dégradation de l'économie locale est l'abandon des jardins dans plusieurs villages de l'AÏR (Iferouane, Tin Talous, Elmaki ..) et les problèmes d'acheminement pour d' autres (Timia, Tabelot ...)

COPY 13

A Timia    Abass Adondo

Les éleveurs ont aussi subi des pertes d'animaux pendant l'insécurité mais aussi le déplacement des éleveurs loin des points d'eau et les pistes pour éviter les troupes militaires a rendu les animaux et les bergères plus vulnérables. Le manque de pâturages et d'eau fait que les animaux sont maigres et se vendent très peu et à très bas prix, ce qui ne donne pas aux éleveurs une meilleure situation même si ils vendent leurs animaux.

Dans le secteur de l'élevage, les animaux et les éleveurs ont beaucoup souffert. dans l'Aïr, les animaux ont été abattus par des troupes armées qui ont occupé  des points d'eau, mimé et empoisonné des puits. Cette situation a poussé  les éleveurs à partir dans des zones difficiles d'accès (bordure du Ténéré) mais ces déplacements rendent l'accès à l'eau encore plus difficile, ce qui n est pas sans conséquences sur les animaux et aussi les personnes.

Ensuite vient la mauvaise pluviométrie 2009. Certaines parties n'ont pas reçu  une goutte d'eau, donc il n'y aura ni pâturage, ni eau. ce qui a fait que des éleveurs ont parcouru des longues distances jamais faites pour certains d entres eux.

Les caravanes ont connu leur plus court séjour dans le Sud.

DANS LE SECTEUR SOCIAL

Déjà dans le pays du Sahel  les femmes sont la pièce maitresse dans l'entretien de la famille : apporter de l'eau, du bois, piler le mil ....  ce ne sont pas des choses aisées

COPY 15

 Abass Adondo

Au Niger, en milieu rural surtout la distance minimum qui sépare le campement au village du point d'eau est de 250m.

Combien de fois faut t-il faire cette distance et avec un conteneur ? Combien de litres pour subvenir aux besoin  en eau d'une famille ?

La réponse à cette question, il faut laisser planer le doute sur la disponibilité de cette boisson de la vie. en cette période de sècheresse, les points d'eau tarissent (ex : zone de Timia actuellement) : il faut se réveiller vers 4 heures du matin pour profiter de  'eau qui s'est accumulée dans la nuit, parce que une fois puisée, il faut attendre l'après-midi et ainsi de suite. Il faut de la volonté et l 'endurance, car on peut venir le matin  sur un puits et ne le quitter qu'au coucher du soleil . Bien heureux si on repart les outres remplies bien sûr car, le cas contraire n'est pas exclu.

Cette situation est surtout vécue par les bergères des petits ruminants qui ont  aussi la charge des enfants dans les campements.

« Tu veux voir et sentir vivre la joie dans un campement nomade  ou un village fais-leur un puits »

CONCLUSION

- vu la situation d 'insécurité vécue pendant presque trois (3) ans

- vu l 'arrêt des activités touristiques  pendants cette période

- vu vu le manque d'eau pour les  jardiniers et les éleveurs

- vu la rareté et la cherté des produits alimentaires

il y a lieu de venir en aide aux populations dans un bref délai afin d'éviter leurs déplacements.

L 'appui peut-être  dans le cadre social = "alimentation".

Les actions envisageables sont :

1 - créations des banques céréalières

2 - renforcement des groupements des jardiniers et des femmes

3 - apport financier aux foyers les plus vulnérables (pour achat des vivres)

La situation de famine va perdurer jusqu'aux prochaines récoltes, doncnviron 5 mois (ou voir plus).

A

A. Tambo

Le seul problème est le manque d'emploi, le manque de pluie, et tout est en désordre ...

Le deuxième problème est à côté, un peu plus loin, à Arlit : la population se dit fatiguée de la  radioactivité 

Répercutions sur la santé

- les femmes font des fausses couches

- des enfants naissent avec des malformations

Répercussions sur l'environnement

- les bêtes et les arbres alentours meurent, la végétation sur quelques kilomètres ne pousse plus et le problème s'aggrave de jour en jour .

Mais où sont les " Touaregs radieux «  dans leur territoire ?

Quels sont les avantages pour eux ?

La question se pose et mérite d'être écrite et publiée  !!!!!!!!!.

troupeaux

AïrInfos   N° 112

Reçu par mail de Timia , le 27 mai 2010 

Bookmark and Share