Rhissa Rhossey

Les mots sont mes armes

122112128

J'ai une cause à défendre

La Liberté des Miens

Mes mots sont mes armes contre l'injustice partout où elle sévit,

Ici ou ailleurs,

et je tiens à rester fidèle à mes idées et cela quel qu'en soit le prix.

Si je suis resté à la Mission, c'est parce qu'elle est conforme à mon idéal de sacrifice, de partage et d'humanité. Là, je suis dans mon élément, auprès de ceux qui souffrent parce qu'ils n'ont pas eu la chance :

La chance d'aller à l'école, d'avoir de l'eau potable, d'avoir de la lumière.

Parce que le système a nié leur existence, sur le dos de la terre, leur propre terre, arrachée à nos aïeux, par le colonialisme blanc, et reconduit plus amèrement encore et encore, par le colonialisme noir.

Rhissa Rhossey

Terakaft 

Intidgagen

Hommage à Alla Ag Albachar qui, dans les années 1940-50, a combattu seul et jusqu'à la fin, l'institution coloniale française dans l'Adrar

Betchan welet Wajira

Tourne-tête,le pays déchiqueté

Tourne-tête / d'être vivant / devant la nation déchirée / et n'avoir aucun rivets / afin de la souder.

Tourne-tête  / le pays déchiqueté.

Tourne-tête / d'être vivant / et de ne plus avoir un seul méhari / pour monture / et ton père n'en possède plus / et pas davantage ton oncle maternel.

Tourne-tête / d'être devant la tendé / au crépuscule / avec ses poèmes-fouets flagellant / la torpeur du pays.

Ce qui me plait / la tendé et ses « fouets » / les hommes et les armes. / Tourne-tête / d'être vivant / devant la nation déchirée.

Tourne-tête / d'être devant la tendé / privé de méhari, / avec la Libye ligotée / pour aller y travailler / et en acheter un, / et le Niger fané / qui ne possède rien / pour en acquérir un.

Ce qui me plait / Les hommes et les chameaux, / les armes et les « fouets » / la tendé au crépuscule.

Ô trouver une bonne marche de l'après-midi, / Une Toyota montée par un jeune homme / au turban prestement enroulé / Et il maintient son cap / avec à l'autre main la kalach.

Jeune homme, armes, / Toyota, marche dans l'après-midi, / Sanglez le pays / de l'Aïr jusqu'à Tripoli / en passant par Ghât !

Ce qui me plait, / Les hommes et les armes / et la tendé au crépuscule

Betchan welet Wajira

Abdallah Oumbadougou

et

Takrist Nakal

 

Takrist Nakal est un groupe de musique traditionnelle et moderne de l'Aïr et de l'azawak née dans les camps de formation militaire. : de la Libye en Algerie (Tamarasset, Djanet...), dans les montagnes de l'Aïr  pendant la rébellion touarègue (de 1991 à 1995). Au Niger avec les accords de paix entre la rébellion et l'État du Niger en avril 1995. Depuis un premier concert a été donné par le groupe à Niamey 24 avril 1995 sous le symbole de la paix et de l'unité nationale et qui a vu le succès du groupe devant plus de deux mille personnes.  En 1995 la sortie de l'album Anou malan fait au Bénin et distribué au Niger par Abdallah. En 1996, Abdallah Oumbadougou  écrit et chante des musiques pour le film "Imuhar, une légende" Plus