rhissa rhossey

Rhissa Rhossey est un Touareg. Il a été combattant auprès de Manu Dayak lors de la grande rébellion des années 90 contre les pouvoirs au Mali et au Niger.
Infirmier, il est actuellement le responsable du centre de Santé de Tchirozérine (45 km nord-est d'Agadez).
Il est également poète et a publié en 2005 un recueil intitulé « Jour et nuit, sable et sang, poèmes sahariens » (Transbordeurs).
Rhissa Rhossey vient de vivre quelques jours en Isère, invité par l'Association « Yakhia Actions Nord Niger » dans le cadre du programme " Afrique Isère " : une saison pour l'Afrique » mis en œuvre par le Conseil général de l'Isère.
Nous l'avons rencontré et lui avons posé quelques questions en phase avec l'actualité.

Thermopyles : Quel sentiment éprouves-tu à être en France ?

Rhissa Rhossey : Un sentiment très positif. Chaque jour, je rencontre beaucoup de monde et on parle beaucoup de mon peuple, mais c'est souvent dans l'ignorance. Les gens ont de l'ouverture, de la curiosité, ils veulent savoir, ils ont beaucoup à apprendre. Mais il n'y a pas assez de rencontres et cette méconnaissance crée des tabous, des préjugés. Pour connaître quelqu'un, il faut le rencontrer.

Th : A t-il été facile pour toi d'obtenir ton visa ?

RR : Cela n'a pas été immédiat, il a fallu au dernier moment fournir des documents additifs au dossier initial comportant déjà de nombreux justificatifs de ce déplacement culturel. Je suis connu maintenant, je suis artiste et ils savent que je ne resterai pas en France et que je reviendrai dans mon pays. D'autres personnes n'arrivent pas du tout à obtenir leur visa.

Th : Dans le peuple touareg, parmi les jeunes, y a t-il des migrants qui partent pour travailler en Europe et mener une vie différente ?

RR : Les jeunes de mon peuple n'ont pas ce réflexe. Dans leur majorité, ils n'ont pas cette idée et malgré d'énormes difficultés économiques, ils restent. Il y a des étudiants qui veulent poursuivre ou achever leurs études en Europe, mais ils veulent revenir au Pays. Ils n'ont pas la même attitude que les Africains que j'ai pu voir à Agadez et qui sont des gens souvent cultivés, qui ont des diplômes, qui ont souvent un peu d'argent et qui veulent changer de vie en partant pour l'Europe.

Th : Dans l'actualité, il est beaucoup question des Touaregs qui seraient mercenaires de Khadafi. Ceux-ci se défendent et disent qu'ils ne sont pas mercenaires mais qu'ils se battent pour défendre celui qui les a aidés. Qu'en penses-tu ?

RR : J'ai ma vision et il y a celle des autres. Je pense que ce n'est pas une bonne chose de soutenir un dictateur qui tue sa propre population. Il est illogique de le soutenir. Il est au pouvoir depuis 43 ans, où il s'y est attaché et enraciné par la force. Mais il n'a pas le monopole de la sagesse. Face à lui, les rebelles, comme on les appelle, réclament un changement de régime afin que chacun d'entre eux puisse postuler à la construction de l'avenir du pays.

Th : et alors, l'intervention de  " la coalition " ?

RR : Je ne suis pas d'accord avec cette façon de voir les choses. Regarde, en Côte d'Ivoire où Gbagbo se cramponne et où tous les jours il y a des morts … mais on n'y va pas. Il n'y a pas de solidarité de la part des pays arabes. Ils sont tous vulnérables, leurs jours sont plus ou moins comptés et ils ne sont donc pas dans un état d'esprit d'intervention. L'intervention actuelle est condamnable. Avant de passer à cette forme de violence, il aurait fallu rencontrer Khadafi, discuter avec lui, lui faire entendre raison. Mais là, c'est un prétexte pour rentrer en Libye. A mon avis, cela va se compliquer, un peu comme en Irak. L'Europe a équipé Khadafi en armements, même s'il n'a plus d'aviation. Nous allons vers le scénario d'une longue guérilla et la Libye est finie sous sa forme actuelle. Il n'est jamais trop tard, la coalition doit arrêter sa forme d'agression qui peut créer un énorme désaccord avec certaines grandes puissances, l'Allemagne, mais aussi la Chine et la Russie. En Afrique, l'opposition à cette intervention est grande : beaucoup ont espéré et espèrent encore dans le panafricanisme.

Issoufou Mamahadou

Mamahadou Issoufou

Th: Où en est la lutte du peuple nigérien et quels sont ses revendications essentielles ?

RR : Le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) a affronté le dictateur Tanja. La Libye avait aidé à trouver une solution. Khadafi avait promis de l'argent et la rébellion a cessé. Tout l'argent promis n'a pas été donné. Le nouveau Président, Mohamadou Issoufou, est un espoir. D'abord, parce qu'il semble intègre et n'est pas compromis. Il attend le pouvoir depuis longtemps. Il a un programme et s'il s'y conforme, on peut avoir de l'espérance. Il est conscient des risques d'insécurité, personne ne peut ignorer les revendications des Touaregs.

Th : Quelles sont-elles ?

RR : Ils veulent la gestion de leur territoire, avoir l'autonomie économique, politique, culturelle. Ils veulent des cadres touaregs dans les mairies, les gouvernorats, la police, l'armée, … L'Algérie l'a fait avec ses méharistes. Et au mali, ATT (Amadou Toumani Touré) a compris les besoins de développement, mais la rébellion est plus active et va vers l'autonomie définitive, en accord avec ATT. Au Niger, les Touaregs sont encore mal compris, leur volonté d'autonomie est incomprise.

71222779_p

Françafrique-Areva

Th : On va changer un peu de sujet et aborder la question de la présence d' Areva  . Doit-il s'en aller ? Ou bien que faire pour que ça profite au pays ?

RR : Les industries, l'uranium, le charbon, qui s'installent sur les zones de pâturage sont mal perçues, alors que le peuple n'a rien contre. Mais il n'y a même pas un manœuvre touareg qui travaille chez eux ! Tous les employés sont pris ailleurs. Pour avoir un emploi, il faut avoir le bras long. Les cadres cherchent parmi les leurs parce qu'ils ne connaissent pas les Touaregs. Des responsables locaux pourraient aider à l'emploi. Et là où une richesse est créée, il devrait y avoir des retombées : écoles pour l'éducation, centres de santé pour les malades, les femmes enceintes, fermes et jardins pour l'autosuffisance alimentaire, … Actuellement, rien n'est financé. Ni l'électrification, ni l'eau potable. Et pourtant, s'il fallait payer, on pourrait payer. Les routes qui servent à transporter votre uranium ne sont même pas refaites : ce ne sont que des trous !

Th : Qu'en est-il de la pollution radioactive ?

RR : Je n'ai pas de connaissances là-dessus. Mais à Arlit  j'ai entendu dire que le taux de radioactivité est supérieur à la normale. Mais il faudrait que des experts indépendants et impartiaux aillent sur place et fassent un travail de mesure.

Th : Cet entretien se termine. Infiniment merci. Pour conclure, en tant qu'artiste et aussi en tant qu'homme libre et engagé, as-tu une espérance, un rêve qui puisse se réaliser ?

71223810_p

Médecins du Monde

RR : Pour mon peuple, qu'il ait plus de structures scolaires, plus d'autosuffisance alimentaire, plus de structures sanitaires

Et pour le monde entier, une paix durable. La grande énigme est de savoir si l'on va atteindre ce rêve universel. Une nouvelle génération d'hommes de bonne foi va émerger, sans couleur ni religion, et va aider à construire un nouveau monde.

Rhissa Rhossey

Publié par Thermopyles le 25/03/2011


Libye, situation fort délicate. - Touareg du Niger, rencontres au fil du temps..

Concernant mes positions elles sont claires : par rapport aux dictateurs, je ne peux me renier. A propos de nos frères qui vont à la rescousse de Kadhafi, nous le disions déjà dans un précèdent article : après les dernières rébellions, beaucoup de jeunes se sont retrouvés sans repères, sans travail, le chômage et la misère étaient leur quotidien.

http://touaregsmirages.canalblog.com