216686_203143913074660_1596957_n

Timia au coeur du Sahara nigérien

La commune de Timia est localisée dans la partie Nord du Niger, dans les confins du Massif de l’Aïr. Le chef- lieu est  situé à 224 km au Sud-Est d’Arlit et à 220 km au Nord-Est d’Agadez.La superficie de la commune de Timia est estimée à 32 000 km2 avec une population d’environ 20976 habitants repartie dans dix (10) villages et 25 campements dont 6000 habitants vivent dans le chef lieu.

La commune est caractérisée par un climat semi-aride de type subdésertique, les précipitations sont faibles et aléatoires et ne dépassant guère une moyenne annuelle de 200 mm.

Timia (3) 

L’espace géographique est composé d’un relief contrasté ; les massifs montagneux occupent plus de 70% et faisant de Timia une commune fortement enclavée. Les vallées sont les seules aires d’habitations et d’activités agricoles. La présence des massifs montagneux et des réseaux hydrographiques alimentant en saison pluvieuse une nappe phréatique relativement peu profonde, offrent à la zone un écosystème typique d’une oasis de montagne favorable aux activités maraîchères et à l’arboriculture.

La végétation naturelle rencontrée est composée principalement  des acacias et des herbacées.

Les activités économiques de la commune sont : le maraîchage, l’élevage, le commerce, l’artisanat, le tourisme, etc…

Timia, au coeur du Sahara nigérien

Ousmane Alghoubas

263330_203143976407987_4109247_n

En plein coeur du désert de l'AÏr, au Niger, une poignée de touaregs prônent la préservation des ressources naturelles, en recourant uniquement aux engrais naturels pour leurs cultures céréalière et maraîchère. Certains d'entre eux se sont formés en France à l'agro écologie, la-dite même mise en place par Pierre Rabhi (agriculteur, philosophe, essayiste..).

Timia (10)

Les maraîchers de l'Aïr ont également constaté l'utilisation des pesticides chimiques et leurs conséquences néfastes sur la santé publique. Comment dans une zone aussi aride, les populations arrivent-elles à subvenir à leurs besoins fondamentaux ?

Des songes heureux pour ensemencer les siècles...

Sachez que la Création ne nous appartient pas, mais que nous sommes ses enfants.
Gardez-vous de toute arrogance car les arbres et toutes les créatures sont également enfants de la Création.
Vivez avec légèreté sans jamais outrager l’eau, le souffle ou la lumière.
Et si vous prélevez de la vie pour votre vie, ayez de la gratitude.
Lorsque vous immolez un animal, sachez que c’est la vie qui se donne à la vie et que rien ne soit dilapidé de ce don.

Pierre Rabhi   extrait 

281615_203144043074647_5156359_n

L’économie de Timia repose sur l’élevage de chèvres, de bœufs et de chameaux. Les habitants tirent aussi profit de leur culture maraîchère. L’artisanat est aussi développé : les artisans regroupés dans la « Maison de l’Artisanat » proposent des objets de leur fabrication.

284025_203149769740741_6484959_n

" Ce désert où l'on apprend paradoxalement à estimer la personne, la société, à bâtir la communauté où se trouve actuellement un des groupes les plus abandonnés et pourtant un des plus importants du Niger, les TOUAREGS ". 

Abass Adondo

253798_178866175502434_2742271_n 

Né à Timia le 1er janvier 1948, El Hadj Souleymane Barka est marié à une femme et père de neuf enfants. L'âge n'a rien enlevé à l'ardeur au travail de ce septuagénaire. Pour répondre à nos questions, il prit soin de réajuster son turban qui couvrait la presque totalité de son visage puis me tapota l'épaule avant d'entamer son récit. « Au départ, je cultivais le blé, l'orge, le mil et le sorgho. Puis j'ai introduit la culture de fruits comme les oranges, les raisins, les dattes, la grenadine et les figues et j'ajoutais enfin la tomate et la pomme de terre ».

cddaf28058f6c209c8821803726d9689_XL

Jardinier de son état, El Hadj Souleymane Barka s'estime heureux de pratiquer ce métier qui lui permet de bien gagner sa vie. «Seulement, nous rencontrons des difficultés dans l'acheminement de nos produits. Nous puisons l'eau d'irrigation dans des puits de 20 à 30 mètres de profondeur, alors, imaginez nos souffrances surtout que le carburant coûte cher», rétorqua t-il.

Le Sahel

252934_176585545730497_6804802_n

Timia,  oasis de jardiniers

Photos :   Assarid Ilias

 

Des nouvelles de Timia - Touareg du Niger, rencontres au fil du temps..

Comme vous le savez le Niger a connu trois (3) ans d 'insécurité résiduelle. La région d'Agadez a été la plus touchée par les conséquences désastreuses sur le plan économique et aussi social de cette insécurité. Mais au moment ou la paix commence à s'installer, le Niger enregistre une mauvaise pluviométrie.

http://touaregsmirages.canalblog.com