Les esprits du sable et du vent

Ibrahim Al-Koni

ibrahim_al_koni_ecrivain_touareg

Né en 1948 en Libye dans une tribu touareg, Ibrahim al-Koni fait des études de lettres à Moscou, devient journaliste à Varsovie, puis travaille à l'ambassade de Libye à Moscou. Saluée par de nombreuses distinctions, son oeuvre compte plus d'une cinquantaine d'ouvrages. Il vit aujourd'hui à Thoune (Suisse).

L'un des plus grands écrivains contemporains de langue arabe, Ibrahim al-Koni reste encore très méconnu en France. Seulement six de ses livres ont été traduits, mais ils montrent à eux seuls l'évidence de son immense talent de conteur. Le saignement de la pierre et Poussière d'or ont révélé, lors de leur parution, une vision inédite du Sahara, loin de tous les poncifs, et un sens admirable de la métaphore. Les mages, écrit en 1991 mais qui vient seulement de paraître en France, s'impose comme l'un des plus beaux romans récents. Dans cette épopée de plus de six cents pages, une caravane trouve refuge auprès d'une tribu du désert. Rapidement, les marchands violent la loi sacrée selon laquelle tout individu restant plus de quarante jours deviendra esclave. Ils s'installent alors sans vergogne, et construisent une cité propice au commerce. Mais les esprits du sable et du vent n'apprécient que modérément le non-respect des lois... Les destins individuels embrassent la morale et la mythologie, avec un lyrisme fascinant. Et la magie opère.  

Baptiste Liger

 

Ibrahim Al Koni Un écrivain au grand cœur

Ibrahim AL-KONI est né en 1948 dans le désert Libyen. De culture touareg, il n'apprend à écrire l'arabe qu'à l'âge de 12 ans. Il fait ensuite des études d'histoire et de journalisme en ex-URSS, avant de s'installer en Pologne. Si l'on excepte deux brefs recueils de nouvelles parus en 1975 et 1976, ce n'est qu'à la fin des années 80 qu'il fait connaître au monde son œuvre (plus de 20 titres publiés à ce jour), saluée à travers tout le monde arabe — au moins dans les cercles éclairés — comme l'une des révélations majeures de cette fin de siècle. Un premier roman traduit en français (Poussière d'or, Gallimard, 1998), puis deux autres (L'Herbe de la nuit et Le Saignement de la pierre, L'Esprit des Péninsules, 2000 et 2001), ainsi que quelques nouvelles recueillies dans la revue Le Serpent à plumes, lui ont valu les plus hauts témoignages d'admiration : 

« Retenez bien le nom de cet auteur : Ibrahim Al-Koni réunit les dons d'un grand artiste et ceux d'un profond connaisseur des différentes traditions littéraires arabes. Il est temps que le public européen le connaisse et lise ses œuvres. Inutile d'ajouter qu'il ne s'agit pas du pain — ni d'un succédané de pain — de tous les jours. » écrivait Juan Goytisolo du Nouvel Observateur. Son oeuvre a été couronnée par de nombreux prix littéraires, parmi lesquels le prix spécial de l’Etat suisse pour l’ensemble de son œuvre, le prix du roman saharien, le prix Sheikh Zayed Boo Award et le prix Mondello. « Ange, qui es-tu ? », son dernier ouvrage, est sorti en 2010 et rencontre déjà un grand succès. Ibrahim Al-Koni vient de recevoir la semaine dernière au Caire en Egypte le prix du 5ème forum du roman arabe pour l'ensemble de son oeuvre et il a décidé d'offrir le montant de son chèque aux écoles des sables d’Er Intedjeft dans la région de Tombouctou, de Taboye dans la région de Gao et de Tallabite dans la région de Kidal.

Modibo FOFANA - 27/12/2010

Les révolutions, une passion nihiliste ?

Les maisons d'Al-Koni  Extrait

Prenant l'aspect Twareg de l'écriture de Al-Koni permet sérieusement de reconnaître une carte radicalement redessiné du monde-un dans lequel le Sahara est un plein, plutôt que l'espace vide; celui dans lequel le Touareg se trouve pas sur les bords, mais le centre de l'histoire. Les romans de Al-Koni prennent place dans un monde désertique qui est, en dépit de sa désolation, étonnamment riche en ce sens que partout il ya des êtres qui luttent pour vivre vivent. Dans la fiction de Al-Koni, le sens de la vie est toujours liée à lutter. Ainsi, les romans de Al-Koni suggèrent paradoxalement que seulement ici-dans les coins les plus difficiles du désert que la vie émerge dans son sens le plus riche.  Plus

Elliott Colla

Président du Département des études arabes et islamiques à l'Université de Georgetown. Il est traducteur d'œuvres d'Al-Koni, y compris Gold Dust (AUC Press, 2008), et les animistes.