CONTRERAS

Étranger, ce n'est pas ma guerre

Des frères meurent dans le désert.
Étranger, ce n'est pas ma guerre.

Des soeurs pleurent les visages défunts devant leurs écrans de portables, et chaque jour répètent des condoléances en commentaires.
Étranger, ce n'est pas ma guerre.

Des observateurs lointains et paresseux, deviennent acteurs du bruit par de maladroites confidences.
Étranger, ce n'est pas ma guerre.

Des affaires se concluent sans fracas, des réfugiés hurlent face aux dégâts à venir des années blanches.
Étranger, ce n'est pas ma guerre.

Mais, Saharien, si j'avais une guerre à mener, ce serait celle du silence des commentaires, des petites affaires, des larmes et des armes.
Le désert a besoin, maintenant, de silence.

Arnaud Contreras

 Arnaud Contreras  a mis en ligne ses archives inédites sur le tournage du film Timbuktu

contreras