13-05-12

Nouchi impro : Pour sourire de l'exil,

photo  A. Tambo Nouchi impro Bengué ! pays des blancs, tout est compliké !!!On te sert poulet avec mangue !Ou bien riz avec ananas !!!Tu sais pas si c'est sucré ou salé !!!Pour faire pipi, tu dois donner 50 cents , de koi acheter un kilo de riz au pays.Chaque jour il y a la pluie, le froid !Matin là est mélangé avec le soir.Le soleil, c'est quand il se trompe de chemin tu l’aperçois 5 mnLe matin, alors qu'il fait 6 degrés tu vois blancs là courir pour rentrer dans bus. Tout le monde est pressé !!!Les gens ont la mine... [Lire la suite]

03-06-14

Alhassane Ag Baille : Mes Frères - l'année maigre - nouvelles touarègues - (3)

MES FRÈRES Après les affres de l’exilDans l’oubli de l’occupant Dans le cauchemar des souvenirsDans la tempête des désirsDans les entraves de l’ignoranceDans les menottes du sous-emploiDans la mort des initiativesDans la chute de l’innovationDans l’oubli des pauses-jalonsDans la honte du parasitismeReviennent à la patrie par des routes impossibles, par des transports incroyables, avec des hommes increvablesReviennent chez eux,Et leurs frères gendarmes, policiers, douaniers, administrateurs leur disent Vos papiers, vos passeports,... [Lire la suite]
07-05-17

Inoussa Ocquet : Forgé à l’exil !

Forgé à l’exil ! L’histoire d’Inoussa Ocquet est intimement liée à celle de son pays, le Niger. Contraint à l’exil, pour avoir fait son travail de journaliste, l’homme écrit aujourd’hui une nouvelle page de sa vie dans l’Est-Var Chaque jour que Dieu fait, tu te réveilles et tu mesures ta chance d’être parmi les vivants. Ensuite tu relances les idées, tu écris… et puis tu respires à nouveau. » Attablé à la terrasse d’un café, le regard tourné vers l’horizon, Inoussa Ocquet tapote machinalement sur ses bouquins. Dans son... [Lire la suite]
03-03-18

Arte : MaliBlues

Le retour de la chanteuse Fatoumata Diawara au Mali après des années d'exil. Une balade émouvante et endiablée dans un pays menacé par la charia. Depuis 2012, le Mali souffre dans sa chair. Tombouctou, Gao et Kidale ont été pris par les séparatistes et mercenaires touareg, alliés aux salafistes. En imposant la charia, ceux-ci ont attenté à l'identité culturelle malienne, notamment musicale. "Je ne pouvais pas imaginer le Mali sans musique", déclare, dans ce film, Fatoumata Diawara. C'est ce contexte ultrarépressif qui a décidé... [Lire la suite]