Touareg, Peintre

et

Instituteur de brousse

Almoustapha dans sa classe

Almoustapha Tambo :

Préparer l'avenir

Instituteur, Almoustapha Tambo a tout d'abord enseigné dans le Sud du Niger. Puis il a obtenu un poste dans sa région natale, non loin d'Agadez,à l'école de brousse d'Irkikiwi Ibizgan, sur la piste d'Arlit.

Son rôle est, non seulement d'enseigner, mais aussi de convaincre les parents de la nécessité de scolariser les enfants : la pauvreté endémique, aggravée par le conflit qui sévit depuis plus de deux ans au Nord-Niger, rend cette mission délicate, les enfants  restant auprès des leurs pour garder les troupeaux ou les familles étant trop pauvres pour assumer les frais de scolarisation.

Almoustapha Tambo :

Journée ordinaire d'un instituteur de brousse 

L’année qui avait précédé, nous étions sous un arbre. C’est des enfants nomades et aussi des orphelins peuls qui n’avaient personne quand je les accueillis à mon premier poste. Ils n’avaient plus de parents (mère et père morts). Je les ai gardés avec moi. Aujourd’hui, ils ont retrouvé le sourire et ils jouent comme tous les autres enfants.

Pour les vacances je les ai confiés à leur oncle, un vieil homme qui garde les troupeaux des gens de la ville. La rencontre avec ces enfants m’a beaucoup apporté. La rentrée approche et bientôt je vais retrouver tout mon petit monde.Je reviens de brousse. l’école commence. J’ai trois niveaux CI , CP , CE1 . Je dois faire deux hangars un pour servir de classe et l’autre pour héberger les internes. Il y a beaucoup de travail . L’herbe en séchant laisse les épines d’agaroff partout ! Elles se glissent entre la chaussure et le pied et on marche dessus, ça fait mal  !!! J’espère trouver un assistant pour prendre la deuxième classe. Le moral des enfants est très bon. Ils sont contents de retrouver l’activité scolaire. Demain les peuls vont descendre. J’aurai donc des enfants qui dormiront à l’école. Je dois rester avec eux en attendant de trouver quelqu’un qui fera la garde à ma place pendant la nuit .Les parents sont très touchés par la situation qu’on connaît mais j’essaye de les tranquilliser ...

Mes élèves

Comme d‘habitude tous les matins je vais à l’école a 7H , je passe a la station essence puis chez le tablier (épicier) pour prendre des dattes et des choses pour les enfants de l’école. 5 minutes après me voilà en brousse où les enfants attendent. Parfois, ils ont déjà fait monter le drapeau. Ils m’entourent, me regardent et me serrent la main et je pose dans la main de chacun deux belles dattes.C’est un moment que j’aime bien où je vois chacun dans les yeux. Et nous entrons en classe pour la journée d’école.

A midi, je fais sortir les enfants pour le repas et je vais prendre ma natte derrière la classe et poser le thé. Je mange le reste des dattes accompagnées d‘un peu de lait de chamelle.

MALLE la seule personne qui m’aide était une malade mentale que j’ai récupérée et scolarisée. Sa fille est là : elle s’active à rendre  service et apporte de l’eau. Maintenant elle s’est socialisée elle a des chèvres comme tout le monde. C’est elle qui fait le repas de midi aux enfants.

Croire en l'avenir

A 15h les enfants sonnent et on rentre en classe pour le cours de l’après midi jusqu'à 18h. On descend le drapeau et on se dit "au revoir" à demain. Je reste un temps avec les orphelins qui dorment là et vois les besoins pour demain et je file vers la ville. Il faut faire vite car on ne sais jamais ce qu’on va rencontrer sur la route.

J’arrive à la maison couvert de poussière. Une toilette rapide la prière et il fait déjà nuit. Je partage mon repas du soir avec ma famille. Les enfants viennent avec leur cahier d’école. Je regarde ce qu’ils ont fait dans la journée et je leur re-explique certaines leçons. Des fois je n’arrive même pas à faire cela tellement je suis mort de fatigue.

Mais je ne peux me coucher car il faut préparer la classe de demain. C’est plusieurs pages à remplir avec un format bien déterminé avec des lignes et horaires à suivre.

A 1H, si j’ai la chance de finir je dors. Parfois, sans même faire la prière...

Entre temps je peins de temps en temps ...

Almoustapha Tambo   octobre 2007

Almoustapha a reçu le soutien de plusieurs associations : yakia Nord-Niger , les enfants de l'Aïr

Transmettre ...

Aminata et Almoustapha

Quelle fierté pour RA de voir Aminatou, petite élève d’une école du désert d’Agadez (Ikirkiwi Ibizgan), qui a su avec beaucoup de motivation s’inspirer de son maître Almoustapha Tambo pour devenir à son tour une institutrice exemplaire.

RA est heureux d’avoir pu participer au soutien de ses études tout au long de ces années !

rencontres africaines   le 18/09/ 2018